Connexion
Clinique vétérinaire les Poumadères
Clinique vétérinaire "les Poumadères" - Centre de Reproduction des Carnivores du Sud-Ouest (CRECS)

Insuffisance laitière (manque de lait) - agalactie

 

 

Lorsque la mamelle maternelle n'est pas à même d'assurer sa fonction, la production de lait, les chances de survie diminuent pour la portée. De plus, l'agalactie complète, qui prive les nouveaux nés des immunoglobulines contenue dans le colostrum, diminue la capacité des jeunes à se défendre comme les infections, à court et à moyen terme. Il est donc important de prévenir et de traiter les affections susceptibles de retentir sur la production de lait.

1. Face à une sécrétion lactée insuffisante

La prévention

- Il est essentiel de préparer la femelle à la phase d’allaitement. Une maternité adaptée (lumière, température, ventilation, abri pour la chatte) doit pouvoir accueillir la chienne (ou chatte)  entre 7 jours et 24 heures avant la mise bas.

- La mère doit être pubère et  l’hyper-attachement aux propriétaires doit être évité. La mère « bébé » est souvent stressée par ses petits: refus d’adoption, cannibalisme et agalactie (données personnelles).

- Un bon état d’embonpoint est recommandé afin de limiter les complications métaboliques (hypoglycémie, hypocalcémie et diabète gestationnel) mais aussi d’agalactie (non démontré chez les carnivores domestiques mais avéré chez les ruminants).

- Le suivi du développement mammaire et de l’apparition du lait à la traite est réalisé par le propriétaire aidé du vétérinaire. Lors de manque de développement du tissu mammaire, des traitements peuvent être proposées afin de réduire le risque d’agalactie sécrétoire (voir traitements).

- Il est indispensable de contrôler la douleur associée à une hystérotomie ou à une épisiostomie. Des analgésiques et des antalgiques sont fortement recommandés pendant et après l’intervention.

Le traitement

Il convient tout d’abord de traiter la cause quand celle-ci est identifiée : mammite, douleur post-opératoire, chaleur excessive dans la maternité, stress.

Les anti-dopaminergiques sont aussi des molécules de choix dans le traitement de l’insuffisance de production de lait. Le métoclopramide ou le dompéridone ont démontré leur efficacité chez la femme et sont couramment utilisés chez la chienne. Les deux molécules se retrouvent dans le lait à de faibles concentrations. 

Certaines femelles sont tellement nerveuses qu'elles refusent de se calmer pour s'occuper de leur portée. La tranquillisation légère par de l'acépromazine permet aux chiots ou aux chatons d'amorcer l'éjection du lait par la succion. En pratique, exceptionnellement nécessaire.

Le défaut d’éjection du lait est peu fréquent mais facile à traiter. Les mamelles sont enflées et dures mais le lait ne sort pas du mamelon. Ceci est souvent la conséquence d'une sécrétion excessive d'adrénaline provoquée par le stress ou la douleur. Des injections répétées d’ocytocine sont mise en place jusqu’à l’apparition du lait à la traite (dose et fréquenc spécifique sur conseil vétérinaire).

Lors d’agalactie complète, et que le tissu mammaire n'est pas avec développé, ces traitements sont souvent décevants (données personnelles).

Différentes herbes sont reconnues en médecine humaine et vétérinaire pour favoriser la production lactée : fenouil, graines de fenugrec, charbon béni, etc. (tableau 1). Le mécanisme d'action de ces plantes n'est pas connu.

Leur prise peut être initiée dans la dernière semaine de gestation, lorsque le tissu mammaire est peu développé, ou pendant la lactation en cas d’agalactie ou d’insuffisance laitière. Ces protocoles sont empiriques, et ne reposent pas sur des études scientifiques valides.

 

Dans tous les cas, une supplémentation en lait des chiots ou des chatons nouveaux nés peut s'avérer nécessaire

 

Tableau 1 - Les traitements de l’agalactie (ou de l'insuffisance de production de lait)

Posologie et rythme d'administration à adapter par votre vétérinaire 

-       PVB insuffisance laitière ® 

-       Métoclopramide (Emeprid®) ou  Dompéridone (Motilium vet®) 

-       Galactogil® granulés 

-       Complexe allaitement® du laboratoire Borkhuit® 

-       Fenugrec capsules (580-610 mg). Attention aux chiennes naines, car risque augmenté d’hypoglycémie.

-       Charbon béni capsules (325-390 mg)