Connexion
Clinique vétérinaire les Poumadères
Clinique vétérinaire "les Poumadères" - Centre de Reproduction des Carnivores du Sud-Ouest (CRECS)

Prostate saine et Hyperplasie : facteur clé de la qualité de semence

 

 

 

La prostate est un organe primordial dans la fabrication du sperme chez le chien :


elle produit l’essentiel du volume de l’éjaculat. Chez un chien de 10 kg, dont le volume éjaculé moyen est de 3 à 5 ml, seul 1 ml est produit par les testicules (contenant les spermatozoïdes), le reste est produit uniquement par la prostate.


Le liquide prostatique a pour rôle de protéger les spermatozoïdes et de créer un volume suffisant pour les transporter dans les voies génitales de la femelle.



Malheureusement, le chien est prédisposé à de nombreuses affections prostatiques dont l’hyperplasie bénigne (HBP).
Un chien sur deux
de plus de 5 ans, et quasiment 90% des chiens de plus de 9 ans, présentent une hyperplasie de la prostate. C’est cette fréquence très importante de l’HBP chez le chien qui l’a constitué comme un des principaux modèles pour l’HBP de l’homme.


 


L’hyperplasie bénigne de la prostate : qu’est ce que c’est ?



L’HBP correspond à une augmentation de taille excessive de la prostate. L’ensemble du volume prostatique augmente de taille. L’HBP peut commencer dès deux ans mais elle est présente significativement à partir de 5 ans chez le mâle.
Bien que très fréquente, l’hyperplasie est le plus souvent sans conséquence pour le chien ne reproduisant pas. Néanmoins, l’HBP fragilise la prostate et la rend plus sensible à d’autres affections souvent graves : infection prostatique (prostatite), abcès prostatiques, etc.
D’autre part, l’HBP peut-être à l’origine d’une baisse de la qualité du sperme.
Le cancer prostatique est très rare chez le chien, contrairement à l’homme, et l’HBP ne semble pas être un facteur favorisant.


 


L’HBP et la fertilité du chien ?


L’HBP est une des causes, voir la cause, la plus fréquente d’infertilité (ou hypofertilité) du chien mâle : le chien produit moins de chiots par saillie ou plus du tout de chiot.
La prostate participe à l’essentiel de la constitution de l’éjaculat, ainsi toute modification de sa qualité est à l’origine d’une altération du sperme. L’altération de la qualité du sperme chez le chien adulte est beaucoup plus fréquente qu’on le croyait auparavant ; elle semble aujourd’hui être la cause la plus importante de baisse de fertilité associée au vieillissement du chien (après 7 à 8 ans).
La reproduction est le premier système touché par l’HBP, plusieurs mois voir années avant que le chien tombe malade à proprement parlé (chien constipé qui a des difficultés à marcher des postérieurs, qui saigne par le fourreau pendant qu’il marche ou qu’il urine, …).

L’HBP dégrade le plus souvent progressivement les spermatozoïdes. Au début, elle passe inaperçue car le chien éjacule souvent suffisamment de spermatozoïdes de bonne qualité pour rendre gestante la chienne, puis progressivement de plus en plus de spermatozoïdes meurent et le chien devient stérile.

Seulement 10% des chiens stériles peuvent être guéris alors que presque tous les chiens diagnostiqués en début de maladie peuvent être totalement guéris.



Comment diagnostiquer l’HBP chez son chien ?



- Le propriétaire doit être vigilant sur la fertilité de son mâle : un chien qui produirait de moins en mois de chiots doit être examiné afin d’évaluer une éventuelle HBP.

- Le chien peut aussi montrer d’autres signes : sang dans le sperme (peut-être aussi du à une blessure du pénis), constipation, boiterie des postérieurs, difficulté à marcher, ventre douloureux, perte de sang par le fourreau entre les « pipis », augmentation de la fréquence des « pipis ».

(Attention, l’HBP du chien est légèrement différente de celle de l’homme. Le principal symptôme chez l’homme est une grande difficulté à uriner (hypertrophie prostatique autour de l’urètre*), signe très rarement rencontré chez le chien (hypertrophie de l’ensemble du tissu prostatique)).


- La récolte d’un éjaculat en vue d’un spermogramme permet le plus souvent de s’orienter vers une HBP : sang, anomalies des spermatozoïdes.

- La réalisation d’une échographie permet de vérifier l’intégrité de la prostate.

- Un nouveau test sanguin permet le diagnostic précoce de l’HBP et donc un dépistage régulier chez les chiens reproducteurs avant une altération de la qualité de la semence (parfois irréversible). Demandez conseils à votre vétérinaire.

Le test dose une enzyme produite par la prostate, mais à des taux anormalement élevés en cas de maladie. Le test développé est dédié au diagnostic de l'HBP et non aux autres maladies.

 

Ce dépistage devrait être systématique chez les étalons de plus de 5 à 7 ans : l'HBP est une des premières causes de baisse de qualité de semence.

"Une prostate saine, un étalon pour longtemps"



L’HBP : est ce traitable ?


L’HBP se traite très facilement. Bien entendu, la castration fonctionne mais elle n’est pas très intéressante pour un éleveur. Il existe de nombreuses méthodes médicales avec différents secondaires. Depuis peu, un médicament vétérinaire permet de traiter rapidement une HBP tout sans altérer la libido et la qualité de la semence : le chien peut-être traité tout en se reproduisant.

Ainsi :

- la congélation du sperme du chien est possible pendant toute la durée du traitement (dès le rétablissement de la qualité de la semence)

- la reproduction est possible mais le plus souvent par insémination : le traitement réduit parfois drastiquement la sécrétion prostatique, le volume devient insuffisant pour une saillie naturelle (la quantité de spermatozoïde sécrété reste normal).
Attention, les traitements médicaux sont d’efficacité provisoire (quelques mois le plus souvent) et un suivi du chien (tous les 4 à 6 mois) doit être assuré afin de le retraité dès que besoin.



L’HBP est l’affection la plus fréquente du chien male adulte vieillissant à l’origine d’une dégradation de la qualité de la semence conduisant à une baisse de la fertilité et à une impossibilité à congeler le sperme.
L’HBP n’est pas une MST et n’est donc pas contagieuse. Cependant, l’HBP est le liée à d’autres affections prostatiques, dont la prostatite qui elle peut-être transmise lors d’une saillie ou d’une insémination.



Un dépistage d’une affection prostatique chez un étalon semble donc utile après 5 à 7 ans : les examens sont rapides et non traumatisants, la fertilité ne sera pas affectée si la pathologie est détectée rapidement.


 


 


ILLUSTRATIONS



Photo 1 : l’éjaculât du chien, fractionné (gauche à droite) : spermatique (blanc) et prostatique (quasi-transparent).


 



Photo 2 : sang dans un éjaculat causé par une HBP sévère


 



Photo 3 : échographie d’une prostate de Teckel avec une HBP


 




 

Glossaire :


Urètre : tuyau partant de la vessie et passant par le pénis qui permet d’éliminer les urines.